ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE ORDINAIRE DES ÉVÊQUES DE LA CONFERENCE ÉPISCOPALE BURKINA-NIGER A FADA

 

La deuxième Assemblée Plénière Ordinaire de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, de l’année 2021, a ouvert ses travaux le mardi 9 février  au Centre diocésain de Formation, Mariam JUALI de Fada, avec  la participation de tous les évêques du Burkina qui se sont réjouis  de la présence de l’archevêque de Niamey, absent des deux dernières rencontres, pour cause de fermeture de frontières doublée de problèmes sécuritaires. Mgr Laurent LOMPO a donné de bonnes nouvelles sur l’état de santé de Mgr Ambroise OUÉDRAOGO, évêque de Maradi et seul absent à cette Assemblée. Cette ouverture a été précédée d’une matinée de reprise spirituelle animée par Mgr Léopold OUÉDRAOGO, évêque auxiliaire de Ouagadougou, à partir de la dernière lettre encyclique Frattelli Tutti du pape François. Dans la lecture personnelle qu’il en a faite, il a invité chacun de ses pairs à réfléchir sur sa  manière de bâtir cette fraternité universelle que propose le Saint Père François.

Avant l’amendement et l’adoption l’ordre du jour, l’ordinaire du lieu, Mgr Pierre Claver MALGO, a adressé un chaleureux mot d’accueil et de bienvenue aux membres de l’Assemblée pour leur présence à Fada, malgré la situation sécuritaire encore préoccupante et l’état chaotique d’une partie de la route.  C’est de ce fait d’ailleurs le Nonce Apostolique au Burkina Faso et au Niger, Mgr Michael CROTTY a dû renoncer au déplacement de Fada, au regard des exigences drastiques que lui ont présentées les services de sécurité.  Il a néanmoins envoyé un message aux évêques en assemblée dont lecture a été faite par le vice -président de la Conférence épiscopale, Mgr Gabriel SAYAOGO, archevêque métropolitain de Koupela. A sa suite,  le discours d’ouverture du président de la Conférence, Mgr Laurent DABIRE, évêque de Dori qui en mis en route les travaux de cette assemblée, consacrée à la vie socio – pastorale des diocèses du Burkina Faso et du Niger. Comme lui, les précédentes interventions ont été évoqué la mémoire de l’abbé Rodrigue SANON, arraché de manière brutale et violente à son diocèse et dont le corps avait été retrouvé le 21 janvier dernier.

Paul DAH,

Leave a Reply

Your email address will not be published.