Clôture du jubilé d’or du diocèse de Kaya

Du vendredi 29 au samedi 30 novembre 2019 ont eu lieu, à Kaya, les activités marquant la clôture du jubilé d’or du diocèse de Kaya (1969-2019). En effet, ouvert en novembre 2018 (3-4), le jubilé s’est célébré tout au long de l’année autour de jubilés délocalisés célébrés sur toute l’étendue du diocèse, pour se refermer donc en fin novembre 2019.

Deux jours meublés par plusieurs activités. Ainsi, dans l’après-midi du vendredi 29, se sont déroulées, tour à tour, les cérémonies d’exposition-photos sur l’historique du diocèse, de décoration de cinquante (50) personnes morales et physiques ayant travaillé pour enraciner la foi dans le diocèse de Kaya et d’une veillée mariale à la grotte de la paroisse cathédrale de Kaya.

A travers la première activité, le comité d’organisation a voulu replonger les fils et filles de l’église-famille de Dieu de Kaya, dans les lointains souvenirs des premières années de l’évangélisation à travers des hommes et des femmes. Ainsi, dans l’ancienne église de la paroisse cathédrale ont été exposés des objets anciens, documents, vêtements, photos, retraçant l’historique du diocèse. En outre, le comité d’organisation a voulu procéder au lancement d’un projet en gestation depuis belle lurette, celui de doter le diocèse de Kaya d’un musé diocésain. Un projet qui se réalise à petits pas.

La deuxième activité a vu la décoration de 50 personnes morales et physiques qui, durant les 50 ans, se sont données pour la cause de l’évangile. Elle s’est déroulée au podium et ce fut le père de la famille, Mgr. Théophile NARE, qui a remis aux récipiendaires et élus du jour, leurs distinctions respectives. « Cette médaille qu’on vous donne est en même temps une interpellation à poursuive l’œuvre pour laquelle vous avez été distingués et à faire honneur à l’Église », a dit Mgr. à leur endroit.

Enfin, la veillée mariale, qui a marqué la fin des activités du vendredi, s’est voulue une action de grâce au Seigneur avec et par Marie, notre Dame de Kaya. Dès sa prise de possession du diocèse en 1969, Mgr. Constantin GUIRMA, le père fondateur du diocèse, a confié celui-ci à la Bienheureuse Vierge Marie sous le vocable de Marie, notre Dame de Kaya. Puis, un sanctuaire lui a été trouvé sur la colline de Boulé. Depuis lors et chaque année, le diocèse y effectue un pèlerinage. Autant dire au Marie a une place de choix dans la vie et les activités du diocèse. Il était donc juste qu’elle soit associée à cette action de grâce pour tous les bienfaits reçus de lui durant les 50 années d’existence.

La grande messe de clôture du jubilé a été célébrée le samedi 30 novembre, dans la cathédrale de Kaya. Une messe présidée par Mgr. Théophile NARE, en présence de plusieurs archevêques et évêques de la Conférence Episcopale Burkina-Niger, de nombreux prêtres, religieux et religieuses, catéchistes et fidèles chrétiens venus aussi bien du diocèse que hors du diocèse. Les autorités administratives, civiles, politiques, religieuses et coutumières, militaires et paramilitaires n’ont pas marchandé leur déplacement. Venues au nom du gouvernement et de leurs services respectifs, elles ont marqué leur solidarité à l’égard du diocèse dont elles ont reconnu l’œuvre en faveur du développement socio-économique de la zone.

Une belle célébration liturgique bien inculturée et dont le premier pasteur, Mgr. Constantin GUIRMA, avait le secret qui est toujours bien gardé à Kaya. Le célébrant principal, Mgr. NARE, dans son homélie de circonstance, a exhorté les fils et filles de Kaya, à faire de ce jubilé un nouveau départ dans le vécu quotidien de la foi. C’est, du reste, la vision du synode diocésain (16-23 novembre 2016) dont quelques recommandations ont été mises en route à la faveur du jubilé. Et cela se perçoit d’ailleurs dans le thème jubilaire : « Rendons grâce à Dieu pour les 50 ans et travaillons pour l’enracinement de la foi dans nos Petites Communautés Ecclésiales ». Pour Mgr. Théophile NARE, c’est autour de trois points principaux que les fidèles de Kaya pourront enraciner la foi : «Unité, témoignage de vie dans l’amour »et refus de tout ce qui nuit au prochain.

Comme le veut la tradition de l’Eglise à propos de la célébration des jubilés, le dernier acte de la célébration a consisté en la fermeture des portes de l’église cathédrale, pour symboliser la clôture de l’année sainte. Ainsi, à la fin de la messe, Mgr NARE a procédé à l’accomplissement du rite symbolique en fermant les portes de la cathédrale. Puis, du parvis, avec ses pairs les évêques, il a donné la bénédiction solennelle aux fidèles.

Le jubilé a refermé donc ses portes, mais la vie de la foi et du témoignage se poursuit. C’est ce que Mgr. Théophile a laissé entendre dans son homélie, lorsqu’il a dit que pour Dieu, les portes ne se referment jamais, elles restent toujours rabattues, sinon ouvertes. Les fils et filles de Kaya sont envoyés au monde entier, pour témoigner de ce que le Seigneur a fait pour eux durant l’année jubilaire. Tout est bien qui finit bien, est-on tenté de dire, au regard du contexte sécuritaire qui prévaut actuellement dans le diocèse. La fête a tenu toutes ses promesses. Rendez-vous fut donné en 2044 pour la célébration des 75 ans du diocèse.

 

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.