COMMUNIQUE FINAL DE L’ASSEMBLEE PLENIERE ORDINAIRE SUR LES SEMINAIRES APO JANVIER 2021: COMMUNIQUÉ FINAL

Les évêques de la conférence épiscopale Burkina -Niger ont tenu leur assemblée plénière ordinaire du 11 au 15 janvier 2021. Traditionnellement consacrée aux séminaires, l’assemblée de cette année a mis l’accent sur le séminaire saint Pierre saint Paul de Kossoghin. En dehors des deux évêques du Niger et de celui de Kaya, absents pour raison de santé ou de fermeture de frontière, tous les autres ont pris part à cette assemblée.

  • L’ouverture

Faite de façon sobre, la cérémonie d’ouverture a été marquée par trois interventions:

  • Le mot d’accueil et de bienvenue de son éminence, le cardinal Philippe OUEDRAOGO, archevêque métropolitain de Ouagadougou
  • L’allocution du Nonce Apostolique, Mgr Michael Francis Crotty qui est revenu sur  la nouvelle Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis, sur la formation des futurs prêtres, publiée le 8 décembre 2016 et dont il a voulu mettre en lumière certains thèmes qu’il juge importants. 
  • Le discours d’ouverture du président de la Conférence Episcopale Burkina-Niger, Mgr Laurent DABIRE, évêque de Dori.

Après cette cérémonie d’ouverture, une présentation des recteurs ainsi que du chargé de communication, a été faite au Nonce Apostolique dont c’est la première participation aux travaux de l’Assemblée des évêques ici.

 

  • Ecoute des rapports des Grands Séminaires

Comme à l’accoutumée, cette Session de janvier  a été consacrée principalement à la vie et à la formation des futurs prêtres dans les quatre grands séminaires de la Conférence Episcopale Burkina-Niger, avec en priorité, cette année, le grand séminaire saint Pierre saint Paul de Kossoghin. Tour à tour, les Recteurs de saint Pierre saint Paul de Kossoghin,  de saint Pierre Claver de  Koumi, de saint Jean-Baptiste de Wayalgè et de saint Irénée de Toesê ont livré aux évêques les différents rapports moraux et financiers sur ces maisons de formation, deux heures et demie durant, dont une heure pour le séminaire en honneur cette année : Saint Pierre saint Paul de Kossoghin.

Ces rapports ont soulevé des questions et des problèmes communs aux quatre grands séminaires ou spécifiques à l’un ou l’autre. Ainsi par exemple, si  les évêques se réjouissent du nombre croissant des séminaristes, cette

croissance n’est pas sans poser de problème, notamment d’infrastructures adéquates pour le logement et la formation des séminaristes. Il leur faut trouver dans les meilleurs délais, de quoi construire un bâtiment de logement R+1 pour ceux de Toesê, à Koupela et un autre bâtiment R+1 de 50 chambres pour ceux de saint Pierre saint Paul, à Ouagadougou. Dans ce séminaire, la réalisation d’une nouvelle chapelle devient une urgence, l’ancienne étant devenue trop exiguë pour les offices de la communauté. Poursuivant les travaux, les évêques ont engagé le processus de nomination des formateurs dans ces grands séminaires pour la rentrée prochaine.

En lien avec l’Enseignement Catholique dans son ensemble, l’Assemblée a écouté un compte rendu de l’évêque responsable de cette commission sur l’Université saint Thomas d’Aquin (USTA) et l’Unité universitaire de Bobo, UUB. Il était assisté du Secrétaire National de ladite commission et de l’Econome général de la Conférence.

A la suite de ces rapports, l’évêque visiteur du séminaire de Toesê, Mgr Joseph SAMA, a fait à l’Assemblée une restitution de la visite qu’il y a effectuéedu 15 au 18 décembre 2020. Malgré les difficultés réelles liées aux infrastructures, à l’électricité, ou au nombre insuffisant de professeurs, la vie d’ensemble de la maison se passe plutôt bien grâce à l’implication de tous. Selon Mgr SAMA en effet, la bonne organisation de la maison incite les jeunes à une prise de responsabilité ainsi qu’à l’auto-discipline.

Le séminaire saint Pierre saint Paul étant en l’honneur cette année, c’est là que les évêques se sont rendus l’après-midi du 14 janvier pour y rencontrer les professeurs, puis les séminaristes afin de leur communiquer les décisions prises concernant les séminaires.

Ils y ont célébré l’Eucharistie aux intentions des quatre grands séminaires avant de partager le repas du soir avec l’équipe des prêtres formateurs. Une belle soirée récréative offerte par les séminaristes a clôturé la visite des évêques dans cette maison.

  • La Covid-19, une préoccupation pour les évêques

Au regard de la recrudescence de la maladie à Corona virus dans notre pays, les évêques rappellent aux fidèles que les directives et consignes, données par eux-mêmes, le 12 mars et  prorogées le 2 avril dernier restent de mise. Par conséquent, ils invitent tout le monde au bon respect de ces mesures barrières en lien avec celles édictées par les autorités compétentes du pays  afin d’aider à mieux lutter contre cette pandémie.

  • Rencontres

A l’occasion de cette assemblée, une délégation de quatre évêques  a été reçue en audience par le président du Faso. Au nom de la Conférence Episcopale, elle lui a présenté  de fervents  vœux de bonne et heureuse année et d’une réussite de sa mission pour le bonheur de tous les burkinabè. Après l’avoir félicité pour sa réélection, les évêques lui ont donné l’assurance de leurs prières pour que les chantiers comme la réconciliation et la cohésion sociale connaissent un  aboutissement heureux afin de garantir au pays l’unité dont il a besoin pour relever les grands défis du développement pénalisé particulièrement par l’insécurité et la pandémie de la Covid-19.

L’assemblée des évêques sur les séminaires, s’est achevée par une évaluation suivie d’une rencontre avec le bureau national des laïcs, venu présenter aux évêques, les vœux du nouvel an, ainsi que les membres de leur bureau, récemment mis en place.

 

Fait, à Ouagadougou le 15 janvier 2021

 

 

Les Evêques de la Conférence Episcopale Burkina-Niger

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.