Diocèse de Koudougou : Un tournoi de football pour rassembler les jeunes

Diocèse de Koudougou : Un tournoi de football pour rassembler les jeunes

La première édition de la coupe de l’évêque de Koudougou a connu son dénouement ce samedi 23 avril 2016, au stade municipal de Koudougou. Cette compétition qui a été entamée le 5 décembre 2015 à Yako, a vu se rivaliser 22 équipes des paroisses, du petit séminaire Notre d’Afrique, de l’Université et de l’école des catéchistes de Koudougou.

Hisilicon Balong
Paroisse Mukassa Victorieuse.

Célébration spéciale de l’année de la miséricorde, que celle retenue par Mgr Joachim évêque de Koudougou. Il a voulu consacrer cette année sainte à la jeunesse. «  Jeunesse du diocèse de Koudougou, sois une école de la miséricorde » est en effet le thème que la jeunesse diocésaine, accompagnée par les abbés Benjamin Bayala et Mathias Ouédraogo aumôniers, est en train de dérouler comme fil conducteur, tout au long de l’année sainte. Au nombre des ces multiples activités initiées pour créer un espace de rencontre pour les jeunes du diocèse, s’est inscrit un tournoi de football dénommé « La coupe de l’évêque du diocèse de Koudougou ». Cette première édition dont le match d’ouverture est intervenu le 5 décembre 2015 à Yako, a vu son dénouement avec le match de la finale le samedi 23 avril dans le stade municipal de Koudougou. Une affiche qui  a opposé les équipes de la paroisse cathédrale et celle de la paroisse Mukassa, toutes deux de la cité du cavalier rouge, et qui a conséquemment drainé du monde au stade. « Jouer pour la victoire de l’autre », est l’esprit dans lequel le tournoi s’est monnayée , et devait voir en cette finale la consécration de la capacité des jeunes à compétir dans le respect de l’adversaire, ainsi que Mgr Joachim l’a dit dans la prière avant le match : « par ton Esprit Saint Seigneur, aide-nous à respecter les adversaires, à accepter la défaite ; ne nous soumets pas à la tentation de tacler méchamment les autres, d’écraser les autres ». Une équation presque évangélique que de jouer une compétion pour l’adversaire. C’est pourtant un pari réussi par les joueurs des deux paroisses, qui sur le terrain ont montré les uns et les autres, leur envie de l’emporter avec la hargne qu’il fallait sans jamais s’adonner à la brutalité. Une conduite que Mgr Joachim à la fin du match a saluée, en félicitant l’équipe victorieuse de la paroisse de Mukassa, symbole de la victoire de toute la jeunesse diocésaine qui a relevé le défi escompté de la fraternité : «  Je suis un évêque comblé dit-il, après ce que nous venons de vivre. Nous avons tous été témoins que sur le terrain, les jeunes faisaient tout pour se maîtriser. Nous avons vu des gestes d’amitié, des gestes de pardon sur le terrain et c’est de cette manière que la miséricorde est vécue,  que nous allons gagner en maturité ».

Hisilicon Balong
Finaliste malheureuse.

Le match

La canicule qui sévissait ce samedi 23 avril dans la cuvette du stade municipal de Koudougou, n’a pas entamé la fougue des jeunes et la qualité du jeu qu’ils ont développé. Et l’aumônier principal de la jeunesse monsieur l’abbé Benjamin Bayala, d’attester que cette qualité a marqué toute la compétition. Pour cette finale, chaque équipe aura eu sa partie de jeu où elle a tenté de prendre l’avantage sans malheureusement y parvenir. Ainsi après le cycle de la paroisse cathédrale à la première partie, ce fut celui de la paroisse Mukassa pratiquement durant le reste du temps. Après un début de match un peu brouillon où chacun cherchait ses marques, le match s’est vite enflammé avec des gestes dignes de jeunes qui pratiquent l’effort au quotidien. La tribune officielle auréolée par la présence des autorités civiles ainsi que de Mgr Joachim et du Père Vitalis venu des USA et parrain de la finale,  y a ajouté de son ingéniosité pour galvaniser les joueurs à marquer. Une surenchère de primes fusaient de partout à l’endroit du premier butteur. Malheureusement l’inspiration ne fut point au rendez-vous jusqu’à la fin du temps réglementaire. Contraintes donc aux fatidiques tirs aux buts pour se départager, les deux équipes s’y sont adonnées sous le contrôle de monsieur Saïdou KABRE arbitre officiant des matches du championnat national. La bénédiction sera celle de l’équipe de la paroisse Mukassa qui l’emporte à 4 à 3, bénédiction qu’elle partagera avec toute la jeunesse diocésaine, la véritable gagnante. L’équipe victorieuse fera le tour de toute la paroisse avec la géante coupe pour célébrer sa victoire, avant de la remettre à l’aumônerie pour l’édition prochaine. Des prix spéciaux ont été distribués en encouragement aux participants. Mgr Joachim qui ne cachait pas sa satisfaction a, comme les deux aumôniers exprimé sa reconnaissance à tous ceux qui ont contribué financièrement  et de quelques manières à la réussite de l’événement, en leur donnant rendez-vous pour l’année prochaine. Le seul bémol selon monsieur l’abbé Matthias, aumônier adjoint aura été celui de n’a voir pas pu convier des sélectionneurs potentiels lors des différents matches qui ont véritablement révélé des talents sur le territoire du diocésain. Ce qui n’enlève rien dit-il à l’essentiel qui était d’aider la jeunesse à cultiver la fraternité, le civisme, et à partager toute valeur qui rassemble et fédère. Vivement la seconde édition donc dirons-nous.

Abbé Joseph KINDA

Leave a Reply

Your email address will not be published.