Education Cathodique : Des assises diocésaines pour un service de qualité

Tout au long du mois de décembre, des assises ont été organisées par zone pastorale dans le diocèse de Kaya, autour de l’Education Catholique. De fait, d’abord à Boulsa (5/12/2020), puis à Kaya (12/12/2020) et enfin à Tougouri (12/12/2020), les acteurs (responsables, enseignants, parents d’élèves) de l’éducation catholique se sont rencontrés, pour réfléchir sur la situation de ce secteur dans le diocèse de Kaya. En effet, depuis des années, il a été constaté que ledit domaine connait de grandes difficultés entravant le bon accomplissement de sa mission. La situation s’est aggravée avec l’insécurité qui frappe de plein fouet le diocèse de Kaya. Il était donc devenu plus que nécessaire que les acteurs s’asseyent pour parler ensemble de la question, afin de trouver la solution idoine. D’où l’organisation des assises par zone pastorale.

Avec le père évêque en tête, c’est toutes les composantes de la famille chrétienne de Kaya qui ont pris part aux différentes assises. Ne dit-on que si la danse familiale se déroule soit dans un plat, soi dans une calebasse, que chaque membre y mette son pied ? Les assises ont consisté à travailler sous formes d’atelier, autour de plusieurs thématiques relatives au sujet : les problèmes des effectifs dans les établissements catholiques, du traitement salarial des enseignants, de l’organisation concrète, de l’insécurité… Bref, tout a été passé au peigne fin par les différents participants, qui n’ont ménagé aucun effort, pour le bon déroulement des travaux.

Ainsi, il va sans dire que les assises, en plus de s’être bien déroulées partout dans de bonnes conditions, ont eu le mérite de redonner confiance à tous les acteurs. En outre, elles ont permis de connaitre les causes réelles des problèmes de ce secteur combien important de notre église-famille, et alors de dissiper les appréhensions, les préjugés, les méfiances, surtout de rétablir la confiance entre les acteurs. Et à l’issue des travaux, l’on a observé un satisfecit général chez les participants. Autant dire qu’il fallait organiser ces assises qui, à n’en point douter, vont effectivement permettre à l’éducation catholique de notre diocèse, de relever les nombreux défis auxquels elle est confrontée. Si le fait de s’asseoir ne libère par les champs de leurs mauvaises herbes, eh bien, il permet de résoudre les problèmes de la famille. Ce proverbe instructif de la savane s’est vérifié à au cours des assises diocésaines sur l’éducation catholique.

L’espoir d’un avenir meilleur pour ce secteur est donc permis. L’on attend de ce fait les décisions finales qui vont en sortir, et surtout leur application, pour permettre à l’éducation catholique de jouer pleinement son rôle.

 

Père K Alexis OUEDRAOGO

Leave a Reply

Your email address will not be published.