FORMATION DES COMMUNICATEURS DIOCÉSAINS EN PRÉVENTION DES CONFLITS

Contribuer à l’éveil de conscience des jeunes, à la promotion de la cohésion sociale et à la consolidation de la paix. C’est dans cet objectif que l’ORGANISATION CATHOLIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA SOLIDARITÉ (OCADES-CARITAS BURKINA) a organisé une formation au profit de 50 professionnels des médias sur la typologie des conflits et la consolidation de  la cohésion sociale, du 22 au 24 mai 2017.

VUE PARTIELLE DES ¨PARTICIPANTS
VUE PARTIELLE DES ¨PARTICIPANTS

Suite à l’insurrection populaire survenue au Burkina Faso en fin octobre 2014, l’OCADES Caritas met en œuvre depuis 2015, un projet dénommé « Consolidation de la démocratie et de la cohésion sociale au Burkina Faso (post insurrection) pour la période de 2015 à 2017 ».  Les 50 communicateurs formés proviennent  des 15 diocèses du Burkina Faso. La préoccupation étant d’outiller ces professionnels des médias diocésains afin qu’ils puissent créer l’espace public de communication nécessaire à la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

dav
QUELQUES SEMINARISTES

Convaincue que les médias ont un rôle capital à jouer dans le processus de changement dementalités et de comportement sur les questions de cohésion sociale, de prévention et de gestion des conflits, L’OCADES Caritas Burkina voudrait développer une étroite collaboration avec les radios diocésaines  dans la mise en œuvre de ses activités. Dans cette optique, cette organisation caritative au Burkina appelle de tous ses vœux la prise en compte  effective des résultats de cet atelier dans la grille le programme  d’émissions des radios. Il s’agit de voir  diffuser  par exemple sur chaque antenne diocésaine, dans au moins 02 langues locales outre le français, des émissions interactives sur les questions de cohésion sociale, de prévention et de gestion des conflits. À l’endroit surtout des jeunes, acteurs majeurs de l’insurrection de 2014au Burkina  et futurs bâtisseurs de la société burkinabè,il est souhaité en plus des actions de formations, d’information, d’éducation et de communication pour le changement de comportement, une  promotion des bonnes pratiques de tolérance, de l’acceptation de l’autre, de l’unité dans la diversité religieuse, ethnique, politique et culturelle.

Et pour le facilitateur de cet atelier, M. Boris SOME, coordinateur pays de la West Africa Network for Peacebulding – WANEP, celui qui veut la paix, doit connaitre le conflit et apprendre à le gérer d’une manière positive, constructive et non violente.

 

Paul DAH

Leave a Reply

Your email address will not be published.