Homélie de Mgr Modeste KAMBOU, à l’occasion des ordinations diaconales au grand séminaire St Jean-Baptiste

Homélie de Mgr Modeste KAMBOU, à l’occasion des ordinations diaconales au grand séminaire St Jean-Baptiste

ph 1 ph 2                             

Lectures de la solennité

  • Première lecture : Is 49, 1-6
  • Psaume responsorial : Ps 138
  • Deuxième lecture : Ac 13, 22-26
  • Évangile : Lc 1, 57-66.80

Frères et sœurs,

         Béni soit le Seigneur pour ce beau jour ; beau jour de célébration de la Nativité de St Jean Baptiste… Solennité… Jour de joie dans l’Eglise ;

joie d’une naissance qui annonce l’avènement des temps nouveaux ; joie d’une naissance qui prépare à la grande joie de la Nativité du Sauveur.

En effet, la Nativité de Jean Baptiste se fête au solstice d’été, six mois avant Noël célébrée au solstice d’hiver. Les « Feux de Saint Jean » annoncent « le Soleil invaincu », Jésus-Christ, « Lumière des nations », « L’Astre d’en haut » qui éclaire tout être humain.

         Joie et lumière particulières donc en ce jour dans notre Grand Séminaire St Jean Baptiste de Wayalgê, affectueusement appelé la « Cité du Précurseur » :

         – fête du Saint patron,  action de grâce pour la collation des ministères du lectorat et de l’acolytat,

         – ordinations diaconales,  imminence des ordinations presbytérales dans les diocèses,

         – ambiance particulière de fin d’année académique.

Mais dans cette euphorie, la statue du Précurseur est là, face à l’entrée principale, expressive, imperturbable, symbolique ! Le Précurseur, la bouche ouverte et souriante, nous a tous accueillis dans sa Cité (autrefois désertique aujourd’hui verdoyante ; autrefois à l’écart du centre de la ville aujourd’hui chaleureusement entourée). Son index pointé vers le ciel nous indique l’essentiel pour tout être humain: l’Agneau de Dieu (égorgé mais vivant), Jésus-Christ, qui siège désormais à la droite de Dieu le Père. Sursum corda ! Elevons s nos cœurs ! Tournons-les vers le Seigneur !

Frères et sœurs,

Célébrer la solennité de la Nativité de Saint Jean Baptiste, c’est orienter résolument nos regards vers Celui qu’il est venu présenter, le Sauveur du monde !

Jean le « Baptiseur » ou  l’ »immergeur », l’apôtre Paul (dans la 2ème lecture) nous le présente comme le Précurseur, celui qui, selon l’image donnée par les Prophètes, a préparé la route au Messie. Jean Baptiste n’est donc pas la Parole, le Verbe, il est plutôt la voix. C’est la voix qui crie et précède la venue de la Parole, un peu comme les cris et les balbutiements d’un enfant laissent présager la parole à venir. Jean est cette voix qui crie pour préparer l’accueil du Sauveur ! Il a donc une mission particulière, une mission qui, dans la pensée sémite, est comme ensemencée dansson nom ! Car, comme vous le savez, le nom d’une personne, dans la Bible, a souvent un sens profond, c’est souvent tout un programme : le nom définit la personne et révèle sa mission. « Jean », «Yohanân», « Dieu fait grâce » ! La mission du Baptiste sera donc d’annoncer que Dieu fait grâce et même de désigner, en Jésus, La Grâce, la «Parole de la grâce» (Lc 4,22). Et quel est le sens de cette « grâce » donnée par Dieu ? C’est le nom même de Jésus qui nous le révèle. Jésus, « Yéshoua », « Dieu sauve »!

Bien-aimés de Dieu,

Nos frères candidats à l’ordination diaconale sont des fils spirituels de Yohanan. Eu égard à leur longue formation en sa Cité, ils ont expérimenté combien « Dieu fait grâce ». Ils ont reçu, à n’en pas douter, une double part de l’esprit de Yohanan… Ils sont ses disciples à qui, aujourd’hui tout particulièrement, il indique Yéshoua : « Ecce Sacerdos Magnus », voici Celui qui est à la fois l’Autel, le Prêtre et la Victime.

Chers futurs diacres,

La liturgie d’ordination diaconale en ces différents rites est très éloquente, très émouvante. Avec l’audace, l’humilité et la foi de Moïse s’approchant du Buisson Ardent, entrez pleinement dans cette cérémonie d’ordination diaconale en Yohanan et vivez-la intensément en Yéshoua.

         Rendez grâce à Dieu qui vous donne la force de cette démarche engageante dans un contexte international de sécularisation, de relativisme, de laïcisme agressif, de discrédit porté sur les prêtres…

Comme le prophète Isaïe, reconnaissez que vous avez du prix aux yeux du Seigneur, que Dieu est votre force ! Sachez reconnaitre les bienfaits de Dieu dansvotre vie. C’est Dieu qui vous a formés dans le sein maternel ; c’est lui qui vous a choisis ; c’est lui qui vous appelle à son service, c’est lui qui fait de vous ses serviteurs à la suite du Serviteur par excellence, Jésus-Christ.

Chers amis, Fils bien aimés,

Dans votre ministère de diacre invoquez toujours l’Esprit aux multiples dons ; demandez toujours la grâce de l’humilité. Alors Dieu va se souvenir (signification du prénom « Zacharie » : Zakar – Yah) et il fera grâce pour vous et par vous pour le salut de vos frères et sœurs.

Enfin, un dernier conseil (qui n’est pas si bête que ça !) : gardez bien votre dalmatique…On ne sait jamais…Le Cardinal MARTINI dans un de ses ouvrages relate comment à la cathédrale de Milan son cérémoniaire, pour les fêtes solennelles, l’obligeait, même en période de grande chaleur, à revêtir d’abord la dalmatique, du diacre, puis la chasuble du prêtre et enfin de celle de l’évêque… A bon serviteur de l’Eglise, salut !

Et vous tous bien-aimés de Dieu venus de nos différents diocèses, vous tous amis fidèles du Grand Séminaire Saint Jean Baptiste,

Priez pour ces élus du jour qui vont bientôt être intégrés dans l’ordre sacré des diacres en vue du presbytérat : que Dieu leur accorde la grâce de se donner entièrement à son service et à celui de l’humanité, à l’exemple de Saint Étienne ; qu’ils soient des signes vivants, des icônes vivantes du Christ-Serviteur par leur spiritualité du service.

Priez aussi, frères et sœurs, pour toute la communauté de ce Grand Séminaire, pépinières des saints prêtres dont le monde a besoin, cœur de nos diocèses, prunelle des yeux des évêques : que les ainés formateurs et les séminaristes apprenants soient tous modelés par l’exemple de vie de Saint Jean Baptiste.

Qu’en ce jour de joie et de grâce, Dieu nous illumine tous !

                                                        Mgr Modeste KAMBOU