JUBILE D’ARGENT SACERDOTAL MGR LAURENT DABIRE

Ordonné prêtre en décembre 1995, dans son diocèse d’origine, Diébougou, Mgr Laurent DABIRE, actuel évêque de Dori, y a célébré son jubilé d’argent sacerdotal le samedi 19 courant, dans sa cathédrale, sainte Anne de Dori. À l’occasion de cette

 célébration jubilaire, plus de la moitié des évêques du Burkina, a effectué, il est vrai, sous escorte, des forces de défense et de sécurité, le déplacement de Dori, afin d’y communier à l’action de grâce de Mgr Laurent, par ailleurs président de la conférence épiscopale Burkina-Niger. C’est l’évêque de Koudougou à qui il a succédé au siège de Dori qui a prononcé l’homélie au cours de cette messe jubilaire. Mgr Joachim Ouédraogo : « Loué sois-tu Seigneur tout-puissant et miséricordieux

pour Monseigneur Laurent DABIRE, un missionnaire intrépide, à l’exemple de la Vierge Marie. L’évêque, un missionnaire de la joie. La vierge Marie est la première missionnaire, l’exemple de tout missionnaire. Elle qui, après avoir reçu en son sein le Verbe de Dieu, le porte au monde. A l’exemple de la Vierge Marie, tout missionnaire d’évangile, singulièrement l’évêque, est porteur d’un message  qui est joie et qui donne la joie ».

Cette joie du missionnaire, Mgr Laurent DABIRE dit l’avoir éprouvée de différentes manières, au cours de ses 25 ans de ministère sacerdotal, et, épiscopal depuis maintenant 7 ans : « Ma joie aujourd’hui, c’est d’avoir traversé  ces 25 ans et d’avoir pu donner un tant soit peu, ma contribution pour le service de l’Eglise en faveur de mes frères et sœurs.» Et voici comment : « Et vous savez, la joie, elle n’est pas une exubérance sans souffrance,  sans épreuve. Il y a des épreuves : épreuves de la maladie, épreuves des contrariétés, épreuves même de l’aridité  ou des échecs lorsque des actions pastorales n’aboutissent pas ; mais on reprend la marche, on recommence, toujours et toujours , sûrs que ce n’est pas nous-mêmes qui travaillons, mais que c’est l’Esprit de Dieu qui fait la mission et nous nous lui prêtons notre pauvre humanité pour être des signes sensibles aux yeux des hommes.»

Ce fut une très belle liturgie rythmée par les expressions culturelles des différentes nationalités présentes dans ce diocèse. Ces mêmes manifestations culturelles et artistiques ont agrémenté le repas partagé au Centre Bon Pasteur, à la suite de la célébration eucharistique

Leave a Reply

Your email address will not be published.