La Radio Ave Maria (RAM) ouvre ses festivités des 20 ans d’existence.

La Radio Ave Maria (RAM) ouvre ses festivités des  20 ans d’existence.

 

 

 

La Radio Ave Maria, « la voie de l’Eglise Famille de Dieu à Ouagadougou », a ouvert la célébration de ses 20 ans d’existence, le dimanche 8 février à la paroisse Saint Camille. Au début de cette eucharistie que présidait le Cardinal Philippe OUEDRAOGO, le curé a saisi l’occasion, au nom de toute sa paroisse pour saluer et féliciter  celui-ci pour sa nomination. Il a ensuite à l’endroit du directeur de la Radio Ave Maria, exprimé la joie et la reconnaissance de sa paroisse, qui abrite la messe d’ouverture des 20  de la Radio Ave Maria. Durant une semaine, la paroisse a été à la « une » sur la radio  qui a  retransmis les messes quotidiennes, et qui a réalisé les émissions à partir de ses installations de Saint Camille. Le curé a donc souhaité que la Vierge par sa prière, et la générosité des catholiques, la radio puisse disposer des moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs d’amplifier, de sanctifier et de rassembler tous les auditeurs.

Les textes du 5ème dimanche de l’année A, oRAMnt permis au cardinal dans sa méditation, de rappeler aux fidèles participants à la messe et aux auditeurs de la RAM, la présence des ténèbres autour de nous. Ces ténèbres a-t-il souligné, sont  l’ignorance, l’incroyance, les angoisses, les échecs, les péchés dans nos vies, les idoles qui nous rendent esclaves. Selon le cardinal Philippe, ces  ténèbres  empêchent les hommes de vivre en véritables fils de Dieu. Mais rassure- t-il, elles n’ont pas le derniers mot, puisque Jésus a vaincu les ténèbres. Les chrétiens doivent donc  accepter l’offre de lumière de Jésus pour être à leur tour des hommes et des femmes de la lumière, et disposés à témoigner.  C’est la raison d’être de l’Eglise et le cardinal n’a eu de cesse de marteler que « nous existons pour évangéliser »  afin de donner Jésus au monde.  C’est  pour l’atteinte de cette mission du chrétien que le pape Jean-Paul II avait souhaité avec force,  que les moyens modernes de communication qui nous sont donnés, soient employés.  La radio est donc est un instrument privilégié pour évangéliser. Pour ce faire, la RAM  exerce pleinement une mission prophétique, dans son désir d’être une voix au service de la communion sans laquelle la famille ne peut progresser.
Pendant 20 ans, la RAM a ramé en annonçant la Bonne Nouvelle, en dénonçant ce qui est de travers, et en pacifiant les cœurs, en consolant les malades et les prisonniers. Elle a rejoint les hommes partout dans leur maison, sur la route et dans les services. Elle œuvre pour toutes les couches, au delà des frontières de l’église visible. Ce qui fait dire au cardinal Philippe, que la RAM est «  est une bénédiction pour notre Église Famille de Dieu à Ouagadougou », avant de lancer un cri d’appel à tous, pour rendre prospère cet outil :  La RAM dit-il est  « un outil précieux qui a besoin d’être soutenu et encouragé par toute la famille, elle distille ses grâces sans distinction  au bénéfice de tous, et pour que les hommes ne manquent pas du plus beau cadeau Jésus, il faut qu’elle soit plus proche encore des fidèles ». Un appel relayé par le directeur l’abbé Modeste KABORE, ainsi que le président du comité de gestion de la radio. Pour sûr, l’appel est bien passé, puisque le choix d’ouvrir cette fête à partir de la paroisse Saint Camille, n’est pas anodin. Cette paroisse en effet est celle qui soutient le plus la RAM, non seulement financièrement, mais aussi en pourvoyant plus de la moitié du personnel. La RAM dans ses besoins urgents, compte aménager un programme riche, et rêve d’une plus grande proximité avec les paroisses. Ceci passe par l’acquisition d’un meilleur équipement dont un studio mobile. Le président du comité de gestion en appelle alors à une plus grande contribution des fidèles chrétiens, une meilleure organisation des fidèles auditeurs. Ceci permettra à la RAM d’être selon les mots du cardinal Philippe, « un lieu de partage et une école de prière, où le personnel cultivera au quotidien le zèle pour l’annonce de la Bonne Nouvelle ». Pour cela, ils devront se souvenir « qu’ils n’y sont pas pour s écouter, mais qu’ils y accomplissent l’œuvre de Dieu » par le dévouement, l’amour de la vérité, l’envie de transmettre le beau et le positif qui les caractériseront.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.