Presbyterium-récollection

 

 

Du lundi 21 au mardi 22 mars 2022, les membres du presbyterium du diocèse de Kaya se sont retrouvés au Centre d’Accueil Missionnaire (CAM) Père Guy BRASSARD de Kaya, pour une formation-récollection. Une rencontre aux allures d’un ressourcement spirituel qui se tient à mi-parcours de l’année pastorale et à laquelle tous les prêtres du diocèse ont pris part.

Deux moments importants ont marqué la rencontre. Mais tout d’abord, les travaux ont débuté par une série d’interventions diverses au cours desquelles des prêtres, responsables de paroisses, d’institutions, d’aumôneries et de commissions, ont donné des informations. Toute chose qui a permis d’avoir les nouvelles des uns et des autres.

Puis vint la formation qui a porté sur deux thématiques, entièrement assurée par le chancelier, l’abbé Achille OUEDRAOGO. La première communication a porté sur le synode des évêques, que le pape François a convoqué, pour une église synodale. Une communication dont l’objectif est d’inviter les prêtres à entrer dans la dynamique dudit synode. Durant son exposé, le formateur est revenu sur les grands axes du synode : sa préparation, son ouverture, son déroulement, sa clôture et bien entendu l’exhortation finale qui en résultera et que le Saint Père livrera sous forme de document à exploiter pour la vie et la mission futures de l’Église universelle. « L’originalité de ce synode réside dans son esprit d’une part et, de l’autre, dans son schéma inversé », dira l’abbé Achille. Cela s’explique par le fait que le pape François, conformément à l’esprit du Concile Vatican II, veut donner une nouvelle impulsion à l’Église universelle, par l’implication et l’engagement réels des fidèles. Comme son fondateur qui vivait, marchait et travaillait avec ses apôtres et les foules, de même l’Église doit être le lieu où sont promues et vécues les valeurs évangéliques de la communion, de la collaboration, de la fraternité tout court.  Certes, l’Église est hiérarchique, cependant il ne s’agit pas d’une hiérarchie de domination, mais d’une hiérarchie de service.  Voilà l’esprit qui, en plus de motiver la convocation de ce synode sur la synodalité, en est même l’âme et la finalité.  Aussi faut-il que toutes les couches de l’Église s’impliquent dans les travaux du synode.

« Les Sacrements et Sacramentaux : aspects canoniques »: c’est le deuxième thème abordé par le chancelier. Il en dira l’objectif dès l’entame de ses propos introductifs. « Cette communication se veut être complémentaire à celle faite par le père Martin BIRBA en début d’année pastorale, et qui a concerné le volet spirituel ». en rappel, cette année pastorale 2021-2022, dans le diocèse de Kaya, est dédiée aux Sacrements et aux Sacramentaux. C’est pour cela qu’en début d’année pastorale, le père Martin BIRBA a été invité pour une formation spirituelle du clergé de Kaya sur la question. Mais cette fois-ci, ce fut au tour d’un autre formateur, d’aborder la même thématique sous l’angle des normes juridiques. L’objectifs visé est d’outiller les premiers acteurs de l’administration des Sacrements et des Sacramentaux, à savoir les prêtres du diocèse, pour un meilleur apostolat.

En ce qui concerne la deuxième et derrière étape du presbyterium, à savoir la récollection, l’animation est revenue à l’abbé Gilbert OUEDRAOGO, vicaire coopérateur à la paroisse cathédrale de Kaya.  Ce dernier a ainsi centré sa communication sur « Le combat spirituel. » Pourquoi ce thème ? La raison est toute simple : il est le fondement même de la vie et du ministère du prêtre. Et citant Tertullien, un grand théologien et père de l’Église, le prédicateur du jour dira que « Nul n’atteindra le Royaume céleste sans avoir été tenté ». En d’autres termes, quand on a atteint le Royaume céleste, cela veut dire qu’on a triomphé ; si on a triomphé, cela veut dire qu’on a combattu ; si on a combattu, cela veut dire qu’on a rencontré un combat dont l’autre nom est na tentation.

Comme armes pour le combat spirituel, l’abbé Gilbert en proposera trois, à savoir : le jeûne, la prière et la ‘invocation de la Bienheureuse Marie. Mais le modèle du combattant spirituel reste bien entendu le Christ, grand-prêtre par excellence qui, au début de son ministère, a lui-même été tenté. Une tentation aux allures d’un combat spirituel contre l’esprit du mal qu’il a vaincu par la prière, le jeûne et la Parole de Dieu. Ce qui vaut à dire qu’à la suite de son Seigneur, tout prêtre sera tenté, mais comme lui, il remportera la victoire, pour peu qu’il fasse usage des mêmes armes.

Une célébration eucharistique est venue clôturer la rencontre qui s’est bien déroulée. Il faut noter qu’elle a quelque peu été marquée par une ambiance lourde, du fait du décès de Monsieur Luc NARE, frère cadet Mgr Théophile NARE. Buud-Nooma et son équipe réitère ses condoléances au père évêque et implore la miséricorde de Dieu pour son frère défunt. Puisse-t-il reposer en paix.

 

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.