visite de l’UFC au cardinal Philippe

visite de l’UFC au cardinal Philippe

cardinal avec le groupeL’Union Fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori), a rendu une visite de courtoisie au Cardinal Philippe OUEDRAOGO, le matin du vendredi 27 juin 2014. Selon François Paul RAMDE gestionnaire de l’UFC, « ils sont venus pour dire bonjour à son éminence et pour recevoir ses conseils ». Après cinq jours de stage subits par des jeunes chrétiens et musulmans venus des treize régions du Burkina en effet, les stagiaires ont entrepris de rendre cette visite de courtoisie aux premiers responsables des communautés protestante, musulmane et catholique. Une occasion donc de rendre compte au Cardinal, des réflexions qui leur ont été servies par les conférenciers, sur la problématique de la contribution possible des religions au mieux vivre ensemble. Les remerciant pour leur délicatesse, le Cardinal a fait comprendre aux jeunes issus de l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Burkina (AEEMB), de la Jeunesse Etudiante Catholique du Burkina (JEC-B), de l’Union des Groupes Bibliques du Burkina (UGBB), que leur engagement dans l’UFC est « un signe d’espérance pour tout le Burkina ». C’est pourquoi il a encouragé et remercié l’ambassade des Etats-Unis et tous les partenaires qui ont apporté le soutien nécessaire à l’UFC, afin qu’elle puisse tenir ce stage. « Le dialogue inter religieux, confie le Cardinal aux stagiaires, est un grand défi de nos jours » et il sait compter sur eux pour « être des relais dans les régions d’où ils sont venus participer à ce stage ». Il s’agit selon lui, « de rechercher à comprendre l’autre », dans la conviction dit-il « que l’on est tous des grains d’un seul panier », appelés à être solidaires, « pour rendre ce monde toujours plus digne de Dieu et de l’homme ». « Dieu leur a-t-il rappelé, n’est la propriété de personne ». Une façon de faire comprendre aux jeunes toute l’attention que le Saint-Père et toute l’Eglise catholique accordent à cette question de la tolérance et du vivre ensemble malgré les différences. S’adressant à des jeunes majoritairement élèves et étudiants, le Cardinal n’a pas manqué d’appeler à l’union des forces des différentes confessions religieuses, en vue de garantir à la jeunesse burkinabè une éducation qui n’offre pas à notre société « des jeunes aux têtes pleines, mais plutôt des jeunes aux têtes bien faites ». Ce doit être le souci de tous, des autorités religieuses ainsi que des pouvoirs civils et politiques, appelés qu’ils sont, à servir et à rechercher le bonheur de l’ensemble. Un rêve qui appelle au dépassement.

Bio express

L’Union Fraternelle des Croyants de Dori est une Association interconfessionnelle née de la tourmente de la famine de 1969 sous l’impulsion du révérend Père Lucien BIDAUD. Elle est depuis cette date un exemple de dialogue interreligieux et un instrument de développement socioéconomique. Sa longévité est aussi un exploit qui mérite d’être connu et partagé partout au Burkina et dans le monde. Sa philosophie de dialogue pour la paix est un atout qui, si elle est épousée, pourrait sans aucun doute prévenir de nombreux conflits qui sont pour la plupart basés sur l’intolérance. In site de l’UFC

abbé Joseph KINDA