Visite des évêques de la CEBN à l’USTA

Visite des évêques de la CEBN à l’USTA

 

Les évêques de la CEBN avec le recteur et quelques membres de l'administration de l'USTA
Les évêques de la CEBN avec le recteur et quelques membres de l’administration de l’USTA

Le jeudi 12 juin 2014,  l’Université Saint Thomas d’Aquin (USTA) a reçu la visite des évêques de la Conférence Épiscopale Burkina/Niger (CEBN). « Un grand jour à marquer dans l’histoire de l’USTA » selon le Secrétaire Général, « car c’est la première fois que l’université accueille la CEBN  dans toute sa composition». Pour les étudiants visiblement heureux et qui ont bien préparé l’accueil de leurs hôtes, « la visite des évêques est l’expression de l’estime que la Conférence Épiscopale Burkina/Niger porte pour son université qu’elle a voulue depuis 2004 ». Ainsi le délégué général des étudiants au nom de tous ses camarades étudiants, a remercié les évêques et le recteur de l’Université qui les a associés à cette visite. Par sa voix, les étudiants ont  souhaité que la visite des évêques soit plus régulière, afin de leur permettre d’apprécier et d’être au faite  de la vie et de l’évolution de l’université.

Le recteur quant à lui dans son adresse aux évêques, a présenté l’université Saint Thomas d’Aquin.
L’ USTA qui célèbre ses 10 ans d’existence en cette année 2014, est au service de l’excellence dans l’enseignement et la recherche. Dans son projet de former des cadres compétents, l’USTA est ouverte à la région ouest africaine et au-delà, et apporte une plus-value à la formation dispensée, en mettant sur le marché de l’emploi, des cadres compétents, et pétris des valeurs évangéliques et humaines. Entrée dans le monde universitaire à petits pas, l’USTA selon le Père Jacques SIMPORE recteur, « a évolué  positivement dans tous les sens ».  Avec en effet 129 étudiants en 2004 année de création, l’université Saint Thomas en compte aujourd’hui  1850. Un petit nombre, me diriez-vous, mais fruit d’une volonté expresse de l’USTA de mettre l’accent sur la maîtrise des effectifs en resserrant les conditions d’admission des étudiants. Exigence de qualité reconnue par le Cames qui cautionne tous les  diplômes délivrés par l’USTA

usta 2L’université Saint Thomas située à Sâaba à quelques encablures du centre de Ouagadougou, a aussi ses locaux dans la zone (ZAD) de la capitale où elle offre les cours en  Master Banque/Finance. La faculté de philosophie quant à elle se retrouve dans les locaux du grand séminaire Saints Pierre et Paul à Kossoghin, route de Kongoussi. Propriétaire d’un bien foncier   qui s’étend sur 101 hectares, l’USTA qui a créé une fondation, dispose d’espace suffisant pour l’ouverture de son  centre hospitalier. L’état burkinabè applaudit aux ambitions d’excellence de l’USTA et l’encourage dans son projet de  construction de ce Centre  Hospitalier Universitaire, qui devra ingurgiter près de 16 milliards de nos francs ! Celui-ci participera sans conteste au dire du recteur,  au « désengorgement » du CHU de Yalgado. Membre du CAMES depuis l’année académique 2011/2012, l’USTA va célébrer le 28 juin prochain, la sortie de ses
24 premiers médecins,  vainqueurs d’une course entamée à 88.
L’USTA offre cette  particularité qu’elle compte 55,14% de filles. Les étudiants proviennent de onze (11) nationalités, et font la fierté de la quarantaine de membres du personnel d’administration et de tous les intervenants sur le campus.

Constituée en communauté chrétienne de base, l’université offre la possibilité de mener quelques activités de spiritualité en son sein. Elles n’ont aucun caractère obligatoire. La chorale de l’USTA qui accompagne toutes ces activités, est détentrice de plusieurs prix sur le plan national. Résolument inscrite dans la trajectoire de l’excellence, l’USTA a confirmé cette tendance en participant aux débats oratoires au plan mondial, tenus à Paris, et a manqué de l’emporter, en rencontrant l’élimination en demi finale. L’USTA entretient un jumelage avec l’Université Catholique de Taïwan dont des étudiants ont déjà séjourné au Faso.

 Les défis

 L’USTA appelle de tous ses vœux une plus grande autonomie en vue de pouvoir réaliser le projet du CHU,  de recruter  plus d’enseignants permanents, d’offrir le Master dans d’autres formations, de signer des conventions avec d’autres structures d’enseignements, de se doter d’un bâtiment administratif, d’une chapelle et d’un terrain omnisports. En comptant sur la bénédiction et l’accompagnement des évêques, l’USTA selon le recteur, se donne l’exigence de travailler à humaniser les structures de santé.

Préoccupation des évêques.

Avertis déjà que les frais de scolarité qu’offre l’USTA sont déjà imbattables dans leur aspect social, les évêques ont encouragé le recteur et son administration à œuvrer pour que les bacheliers matériellement moins nantis puissent avoir toujours accès aux inscriptions dans les six (6) facultés de  l’Université. Les évêques ont également attiré l’attention des enseignants sur leur devoir de travailler à garder vive dans l’esprit des étudiants, la culture de l’honnêteté, du civisme et du respect du bien commun. Appelant tous à l’engagement en vue d’atteindre cette excellence escomptée, les évêques ont promis d’accompagner l’USTA dans son combat pour relever les défis sus évoqués.

Leave a Reply

Your email address will not be published.